Crédit immobilier : des taux records accordés aux « chouchous des banques »

credit-immobilier
Le choix d’opter pour un crédit immobilier demande une attention particulière, mais les nouveaux taux pourraient se présenter comme un critère important. Les revenus les plus confortables seront les plus recherchés.

Avec des taux aussi bas, il faut regrouper les crédits immobiliers

À la fin 2015, les renégociations pour les crédits immobiliers n’étaient pas nombreuses, mais cela pourrait changer en 2016 auprès d’organismes spécialisés, comme Rdcf.fr. Les établissements bancaires affichent des taux records, car, dans certaines villes, le seuil est de 1.50% pour un emprunt sur 20 ans. Cela est intéressant notamment pour les foyers qui ont souscrit il y a deux ans. En divisant ce pourcentage par deux, ce sont des économies non négligeables qui peuvent être envisagées. Dans le cas d’un prêt de 200 000 euros, un ménage peut s’offrir une économie de 45 000 euros en prenant en compte les frais. C’est également le moment de regrouper tous les dossiers pour obtenir une seule mensualité avec un seul taux attractif. C’est une méthode appréciée depuis quelques années, mais elle prend une dimension encore plus avantageuse lorsque les taux sont aussi bas.

Les banques veulent une relation sur le long terme

Si la théorie est intéressante, la pratique pourrait être complexe, car tous les profils ne sont pas recherchés. Ceux qui souhaitent effectuer un premier investissement pourraient éventuellement attirer le regard des banquiers, mais ce sont surtout les revenus aisés qui sont attendus. L’apport de 10% au minimum est fortement recommandé, c’est également le cas pour un CDI et un salaire avoisinant les 7000 euros. Ces critères ferment donc la porte à une multitude de personnes comme les foyers modestes. Vous Financier, qui est à l’origine de ce baromètre, précise que les banques cherchent « à capter une clientèle à fort potentiel », l’objectif premier consiste à mettre en place « une relation bancaire sur le long terme ».

Quatre villes affichent un taux de 1.50% sur 20 ans

Ces pourcentages sont inédits, ils sont la conséquence d’une forte concurrence au niveau des banques régionales. Il est donc impératif de comparer avec une attention particulière les propositions des différents établissements. Il ne faut pas se contenter des offres locales, car d’autres villes sont susceptibles d’afficher des taux plus intéressants. Pour obtenir 1.50% sur 20 ans, il sera nécessaire par exemple de se rendre à Toulouse, Rennes, Nantes ou à Metz. La situation est attractive, car nous sommes dans une situation optimisée. En Mai 2015, les acteurs du secteur avaient déjà référencé des taux bas, mais pour 2016, ils sont encore inférieurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *